Distributeur spécialisé, CCF joue la carte de la convergence IP

La filiale spécialisée dans la distribution de matériel et solutions de sécurité, communication et datacom de Sonepar, entend bien multiplier les services à valeur ajoutée auprès de ses clients installateurs / intégrateurs

« CCF, c’est une belle aventure humaine ! » aime à rappeler Guy Monteil, directeur général de l’entreprise qu’il a lui-même portée sur les fonts baptismaux. Tout a démarré en 2001 avec le rachat de GRD Com, un acteur majeur de la distribution Datacom, suivi en 2004 par l’acquisition d’IT (International Télécommunication), un acteur de premier plan dans la distribution de solutions de vidéosurveillance. « C’était encore l’époque de l’analogique, un temps où lorsque l’on avait des pannes, elles étaient très simples à solutionner, il n’y avait ni problématiques réseau ni problématiques IP et les niveaux de prix étaient cohérents. C’est à dire qu’il n’y avait pas trop d’érosion de prix. » se remémore Guy Monteil. Et puis, en 2007 le groupe a racheté Dystel, un distributeur fortement implanté dans le Sud-Est de la France avec 5 agences situées à Nice, Toulon, Avignon, Montpellier et Marseille.

Fusion de 5 distributeurs

Ensuite, en 2009-2010, fort du constat que ces trois distributeurs avaient plus ou moins la même typologie de clients et convaincus que la convergence qu’allait induire l’IP se généraliserait, la décision de fusionner les trois entreprises fut actée. « Dans la convergence IP, il y a les datacom, le câblage informatique (câbles, prises, switches, le réseau…), la vidéoprotection, le contrôle d’accès, l’intrusion qui est soit en mode radio soit en mode filaire… explique Guy Monteil. On voit bien, ajoute-t-il que la convergence IP fait que l’on retrouve sur des grands projets les mêmes clients, les mêmes installateurs. Il y avait donc une vraie logique à fusionner les 3 entreprises pour créer CCF [Comptoir des courants faibles] en 2011. » Depuis cette date, le distributeur a poursuivi sa stratégie de croissance externe avec deux nouvelles acquisitions. L’une dans le domaine des Datacom (câblage, cabling) avec la société LMV à Rennes et l’autre dans la sécurité avec l’entreprise toulousaine ATD. CCF a ainsi consolidé sa position et s’est assuré un bon maillage de l’Hexagone avec 11 agences, la dernière en date étant celle de Bordeaux, ouverte en juin 2017. Finalement, CCF est la fusion réussie de 5 entreprises fortes de 100 collaborateurs, dont les clients sont des installateurs / intégrateurs, qu’ils soient grands comptes comme Ineo, Spie, Cegelec, Vinci, Sogetrel et autres, ou régionaux en Datacom, en sécurité ou encore en informatique et IT pour le Networking. Aujourd’hui, la volonté de l’entreprise est au développement des agences existantes, surtout dans les grandes métropoles, tout en restant à l’écoute d’opportunités de croissance externe, en France et à l’étranger.

Guy Monteil, directeur général de CCF. Photo : PG

Un projet d’entreprise précis

CCF c’est un projet précis qui s’articule autour de trois familles de produits : le cabling, le Networking, c’est-à-dire les produits actifs réseaux, un segment de marché en très forte croissance et la sécurité qui regroupe la vidéoprotection, l’intrusion, le contrôle d’accès et la sonorisation, notamment sur IP (avec Bosch comme partenaire premium) qui constitue un très fort gisement de croissance. Ce sont donc trois familles de produits et solutions que porte CCF sur trois process, le Smart Building attaqué par la partie sécurité y compris le soft. A ce titre quatre grands fabricants sont présents au catalogue, Milestone, Sitec, Avigilon et Bosch. La Smart City, où le distributeur intervient sur le segment vidéoprotection urbaine, mais aussi dans les domaines de l’analytique, du comptage, du tracking et de l’IA. « Ce qui fait notre force dans la ville intelligente, c’est que nous sommes bien positionnés sur le câblage fibre des entreprises, surtout sur le raccordement fibre FttO (Fiber to the office), un marché très porteur actuellement, précise Guy Monteil. Le distributeur est également présent, mais dans une moindre mesure, dans les réseaux résidentiels FttH (Fiber to the Home). Enfin 3ème process, le Data Center, secteur où CCF est très présent également au travers du câblage. « Nous vendons beaucoup de fibre optique, de connectique fibre spécifique pour les data centers, des onduleurs ainsi que des équipements et solutions de sécurité, précise le directeur général de CCF. Les data centers nécessitent du contrôle d’accès et des caméras. Sur ce marché, nous travaillons avec des marques de spécialistes types Panduit, Excel, Schneider… » Si le segment Smart Building est le marché le plus important aujourd’hui en termes de chiffre d’affaires, celui de la Smart City est en fort développement. « Il y a une réflexion globale de toutes les grandes villes en France sur la notion de Smart City, sur la sécurisation de la ville, sur l’implication, le conseil et la sécurisation des citoyens. » poursuit Guy Monteil.

De belles perspectives

L’entreprise, qui a bouclé les trois dernières années sur une croissance à deux chiffres de son chiffre d’affaires, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En 2017, le marché s’est bien repris au deuxième semestre, après la séquence électorale, et a performé sur tous les secteurs, aussi bien en Datacom, cabling que sécurité où le contrôle d’accès affiche une croissance supérieure à celle de la vidéosurveillance. Sans oublier l’intrusion qui continue à bien se porter. 2018 s’annonce également sous de bons auspices si l’on considère la reprise de l’investissement dans le tertiaire, la perspective des grands projets comme le Grand Paris et les grands évènements (coupe du monde de Rugby en 2023 et JO en 2024). A noter que Paris, Lyon, Marseille et Nantes sont des grandes métropoles très dynamiques pour le marché.

Le Showroom de CCF à Nanterre. Sa principale raison d’être est d’accueillir les installateurs/intégrateurs et les clients finaux pour réaliser des démonstrations poussées de solutions complètes, car CCF est, avant tout, vendeur de solutions. Photo : PG

Valeur ajoutée

La sécurité est un marché porteur, mais, bémol, l’érosion des prix est catastrophique, principalement sur les petites applications. Tout le monde le sait. La parade, c’est l’agilité par rapport aux gammes et au changement de gammes, c’est une grande force du métier de spécialiste. « C’est aussi notre capacité à intégrer et à faire fonctionner ensemble différentes marques. Nous avons l’habitude avec nos partenaires et nos intégrateurs, de faire du pré-maquettage sur les grosses installations. Par exemple, on sait interfacer des solutions soft Avigilon et Milestone avec du contrôle d’accès Paxton, qui est, avec Aiphone notamment, l’un des gros partenaires de CCF dans le domaine du contrôle d’accès. On sait intégrer du Vanderbilt à nos VMS Seetec, Milestone… On sait garantir à notre client que telle ou telle solution de contrôle d’accès, ou d’intrusion s’interfacera avec les VMS que nous prescrivons », assure Guy Monteil. « C’est une vraie valeur ajoutée sur notre marché et une attente de nos clients. »  10 techniciens sont répartis sur toute la France où ils interviennent pour l’assistance à la mise en service. C’est une facette indispensable du métier de distributeur spécialiste car bien souvent on constate que, dans une installation de vidéoprotection défectueuse par exemple, ce ne sont pas les caméras ni même le VMS qui posent problème mais la configuration réseau mal dimensionnée ou les paramètres des switches qui ne sont pas adaptés.

CCF dispose d’une capacité totale de stockage de 10.000 m2 répartis sur 3 plateformes (sur les 11 agences du distributeur, 3 font office de plateformes). Le stock local est privilégié afin de gagner en réactivité. Photo : PG

Les installateurs/intégrateurs et distributeurs sont contraints de monter en compétence parce que la technologie évolue très vite. C’est un autre intérêt du distributeur spécialiste, il intervient véritablement en accompagnement de l’installateur. « Avec son client, le distributeur spécialiste forme un véritable duo gagnant/gagnant, il l’assiste jusqu’à la mise en service. Parfois même, sur des grands projets, nous gagnons le marché ensemble », conclut Guy Monteil. ccf-france.fr

Rédaction : Patrice de Goy

Lire l’article complet, réservé aux abonnés, dans SMART INTEGRATIONS MAG n°28, à paraître mi-mars 2018. Abonnez-vous

A propos Rédaction 1558 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*