Delta Dore met K-Line à l’heure du Smart Building

Livré en mai 2019, le nouveau bâtiment a été entièrement conçu sous BIM, depuis la conception jusqu’à son actuelle exploitation. Photo : © G. Satre

Le Groupe Liébot déploie, dans une extension de son siège social, une GTB évoluée fournie par Delta Dore, par ailleurs partenaire industriel de K-Line pour le développement de fenêtres connectées.

K.Line, marque emblématique du groupe vendéen Liébot, est une entreprise prospère au développement dynamique. La croissance de son personnel, particulièrement dans l’administratif, a généré un besoin d’extension du siège social, situé aux Herbiers, non loin du Puy-du-Fou, une agglomération comptant quelque 20 000 habitants et réputée comme second bassin d’emplois français. Le projet, lancé en 2016, avait pour intention de créer 4300 m2 de plancher dont seulement 1700 m² de bureaux supplémentaires pour accueillir les 500 personnels nécessaires au soutien de la croissance de l’entreprise qui se proclame « premier fabricant français de fenêtres en aluminium ».

Le second objectif de ce programme à 16 millions d’euros était aussi d’améliorer le bien-être au travail des salariés avec, sur 2800 m², un vaste restaurant d’entreprise d’une capacité de 400 couverts/jour, des lieux d’échange et de décontraction (salle de repos, de lecture, de yoga, de fitness…), un auditorium multimédia de 200 places, ainsi qu’à l’extérieur un silo de parkings de 420 places. André Liébot, fondateur, président de K•Line et Bruno Léger, directeur général de l’entreprise, ont lancé un concours d’architectes dont le lauréat fut le cabinet nantais AIA Life Designers.

Eco principes

Livré en mai 2019, le nouveau bâtiment a été entièrement conçu sous BIM, depuis la conception jusqu’à son actuelle exploitation, un processus partagé par les 25 entreprises intervenant sur le chantier. Cet impératif fait écho au choix stratégique de K-Line dont tous les descriptifs produits sont déjà configurés aux formats Revit et Archicad pour pouvoir s’intégrer facilement dans les projets d’architectes.

Le bâtiment se veut également le reflet du savoir-faire de l’entreprise avec de grandes façades vitrées, pour certaines ouvrantes, sauf au Sud et à l’Ouest, dotées de voiles en béton. La construction aux lignes sobres et épurées fait donc la part belle à la lumière naturelle et répond aux quatre piliers de la certification HQE : performance économique, qualité de vie, management responsable et respect de l’environnement. Ce dernier point a pour incidence un choix radical : l’absence de climatisation. Pour maintenir des niveaux de température très acceptables, la structure est donc équipée de façades à double peau et le bâti est essentiellement en béton brut, isolé par l’extérieur mais laissé nu à l’intérieur pour contribuer à l’inertie thermique.

Photovoltaïque

L’apport de chaleur du soleil est aussi régulé par des lames occultantes motorisées et pilotées par une GTB répondant aux consignes d’une station météorologique. Double peau et BSO absorberaient ainsi la moitié du rayonnement. De plus, une ventilation nocturne est programmée et pilotée pour ouvrir des fenêtres motorisées afin de rafraichir opportunément les locaux. Des grilles sont positionnées sur les ouvrants pour empêcher l’intrusion des insectes et des oiseaux.

Pour compléter le dispositif, des panneaux rayonnants, alimentés par des pompes à chaleur Carrier situés en toiture, sont placés en surplomb des bureaux. Ils contribuent à refroidir les locaux l’été et à les réchauffer l’hiver. Le résultat obtenu par l’addition de toutes ces solutions est plutôt probant puisqu’au plus fort de la canicule, fin juin et début juillet dernier, la température interne a culminé à 26° C dans le bâtiment alors qu’il a fait jusqu’à 40° C à l’extérieur.

La sobriété énergétique de l’immeuble est également assurée par la production électrique (26 000 kWh/an) de 240 m2 de cellules photovoltaïques semi-transparentes apposées sur les verrières de l’atrium, énergie auto-consommée et utilisée pour la réfrigération des baies informatiques. Finalement, le niveau E2C1 (Energie 2 Carbone 1) est atteint, soit une performance améliorée de 10% par rapport à la RT 2012.

L’atrium du nouveau bâtiment. Photo : © G. Satre

Confort

L’acoustique a également fait l’objet d’une attention particulière dès la conception du bâtiment puisque, grâce à leur double peau, les façades procurent une atténuation de plus de 52 dB. Par ailleurs, à l’intérieur des volumes, les sons sont piégés à la fois par la moquette et des cloisonnements revêtus de matériaux absorbants et formant des îlots isolés les uns des autres. Le niveau de silence ainsi obtenu est particulièrement apprécié dans les zones de travail en open spaces accueillant jusqu’à 50 personnes et fonctionnant sur le principe du coworking.

L’environnement de l’immeuble a fait également l’objet de beaucoup d’attention. Un système de récupération d’eaux pluviales a été mis en place avec une cuve enterrée de 30 m3 qui sert en particulier à alimenter les sanitaires. Un jardin arboré de plus de 100 arbres procure un écrin de verdure à l’immeuble tout en l’isolant un peu du voisinage vis-à-vis duquel K-Line a mené une étude d’impact solaire pour s’assurer que le nouveau bâtiment n’occulterait pas l’ensoleillement des constructions périphériques. Le parking en silo a été construit pour abriter jusqu’à 420 véhicules sur neuf étages, dont deux en sous-sol, avec des volées en colimaçon pour privilégier la ventilation naturelle. Quarante places dont 20 équipées en bornes de recharge sont réservées aux véhicules électriques de services Zoe Renault.

GTB multi-protocoles

Delta Dore a fait l’analyse fonctionnelle du site puis a fourni et mis en service les équipements de GTB. Celle-ci pilote et régule de manière centralisée l’ensemble des caractéristiques de confort du bâtiment, maîtrise les dépenses énergétiques et les coûts de maintenance en offrant une vision globale du fonctionnement qui permet d’en assurer la conduite et l’exploitation.

Ce pilotage centralisé permet aussi d’automatiser des scénarios programmés avec des interactions entre différents systèmes tout en laissant certaines fonctions accessibles par le biais de télécommandes. La GTB se compose d’un serveur sur lequel tourne la solution logicielle Energy Vision, d’automates programmables et de modules d’entrées/sorties de la gamme Energy Box, d’une dorsale IP permettant la connexion directe ou indirecte (par passerelles radio X3D notamment) de contrôleurs d’éclairage Dali, de capteurs à fonctions multiples et sonde d’ambiance Del-Sys, mais aussi à d’autres appareils sous protocole LonWorks, M-Bus ou SMI pour les moteurs de BSO et fenêtres. La solution proposée ici par Delta Dore coche plusieurs cases du label R2S préconisé par la SBA…


La suite de cet article est réservée aux abonnés. Il est à lire dans SMART INTEGRATIONS MAG – SIM – N°43 (daté octobre/novembre 2020). Profitez en pour vous abonner.