La modernisation de la TNT se dessine

Journaliste de métier, Hervé Godechot a rejoint le CSA en tant que conseiller en février 2019. Il est notamment en charge du dossier TNT. Photo CSA/C. Voulgaropoulos

Alors que le confinement a remis la TNT sur le devant de la scène, la publication par le CSA des résultats d’une consultation publique sur sa modernisation tombe à pic.

Parmi les principaux enseignements à retenir de la consultation initiée par le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) fin 2019, figure la volonté unanimement exprimée par les éditeurs de chaînes, de diffuser sur la TNT des contenus offrant une meilleure qualité d’image et de son, en particulier en UHD. Les modalités de la mise à disposition de cette offre restent à définir. Émane aussi des contributions le souhait de développer l’accès à des fonctionnalités interactives, comparables à celles disponibles sur les offres de télévision sur internet.

Apparaît également l’idée que soit mis en place un label garantissant la compatibilité des téléviseurs avec la plateforme TNT modernisée afin de guider les téléspectateurs dans leurs achats. Le CSA, qui tient à cette démarche, a invité les acteurs à poursuivre, avec son appui, leurs travaux afin que puissent être précisés au plus tôt les modalités et le calendrier selon lesquels ces évolutions pourront être apportées aux téléspectateurs.

Résilience, robustesse, universalité et gratuité

Ironie du sort, alors que certains remettent en cause l’existence même de la TNT, cette synthèse est rendue publique à l’issue d’une longue période de confinement qui a mis en lumière tout l’intérêt d’un service de diffusion hertzien de télévision indépendant des réseaux télécoms. « L’affaire du confinement, en remettant la TNT sur le devant de la scène, a fait réapparaître son importance, explique Hervé Godechot, l’un des sages du Conseil en pointe sur ce dossier. Elle est assise sur une technologie à la fois résiliente et robuste qui ne risque pas l’engorgement, peu importe le nombre de personnes reliées aux émetteurs ».

De la TNT UHD avant les JO de 2024 ?

« Il est envisageable, notamment en fonction du résultat de tests réalisés cet été, que des éditeurs « pionniers » diffusent en UHD bien avant cette date. »

Hervé Godechot

Cette période a également permis de rappeler que c’est une technologie qui permet de couvrir la quasi totalité du territoire, qu’elle est accessible à tous, qu’elle est gratuite pour l’usager, ce qui n’est pas une mince affaire. « L’universalité de ce mode de diffusion est devenue une évidence au moment où sont réapparus de manière très saillante les effets de la fracture numérique. C’était l’occasion de se rappeler qu’à ce jour 1 foyer sur 5 n’a que la TNT pour recevoir la télévision. C’est-à-dire des foyers qui n’ont que la TNT pour s’informer, se distraire et mieux supporter les aléas de périodes particulièrement sensibles comme celle que nous avons traversée », ajoute le conseiller.

La TNT, un dossier politique

Ce confinement aura également eu le mérite de sensibiliser les pouvoirs publics sur la nécessité de pérenniser et de moderniser la TNT. On a vu des membres du gouvernement, particulièrement Franck Riester, le ministre de la Culture, mais aussi des parlementaires comme la députée Aurore Berger ou encore la sénatrice Catherine Morin-Dessailly, prendre des positions très fermes sur le sujet. Cette sensibilisation augure d’avancées significatives dans le projet de loi sur l’audiovisuel ou, à défaut, dans le cadre d’ordonnances.

L’immixtion du « politique » dans le dossier de la TNT n’est pas surprenante. « Avant d’être un sujet technique, c’est d’abord un sujet politique, au sens noble du terme, constate Hervé Godechot. C’est un sujet qui a trait à la fracture numérique, à l’aménagement du territoire, à faire en sorte que dans un pays riche et moderne comme le nôtre, on ne laisse personne sur le bord de la route d’un point de vue technologique. Tout un chacun a le droit de recevoir la télévision dans de bonnes conditions ainsi que les services associés, même s’ils n’ont pas la fibre. » Il faut se rappeler que le déploiement de la fibre­ dépend d’opérateurs privés à but lucratif et il n’est pas certain que demain la fibre soit disponible partout. Quoi qu’il en soit, quant à supposer que demain tout le monde dispose de la fibre, d’une part, on ne sait pas à quelle échéance et d’autre part, elle restera un service payant. 

« Fort de ces réflexions, je porte ce projet de pérennisation et de modernisation de la TNT avec conviction, sachant que la pérennisation passera par la modernisation. Car on ne peut pas avoir un mode de réception sans Restart, Start-over, Replay, UHD…, affirme Hervé Godechot. Il faut donc absolument que cette TNT soit modernisée pour rester dans un pack qui puisse continuer à intéresser les éditeurs et faire en sorte qu’ils restent sur ce mode de diffusion et de réception », conlut-il.

x


COLLOQUE SUR L’AVENIR DE LA TNT

Smart Integrations Mag organise un colloque sur le thème l’Avenir de la TNT, le 13 novembre 2020. L’objectif est de mobiliser les acteurs du secteur : pouvoirs publics, chaînes, constructeurs, opérateurs de diffusion, antennistes, bailleurs sociaux, syndics de copropriétés…, pour faire la démonstration de l’intérêt de disposer d’un réseau de diffusion hertzien pour la télévision à la fois rénové et pérennisé.