L’ANITEC, le syndicat des professionnels de la TNT

Arnaud Brouquier co-préside l'ANITEC depuis 2017. Photo PdG/SIM

L’ANITEC, première organisation professionnelle française regroupant les experts des métiers de l’information, de la sécurité et de la communication au sein du bâtiment, est concernée au premier chef par la modernisation de la TNT explique Arnaud Brouquier co-président du syndicat.

L’arrivée de l’Ultra Haute Définition et de la norme HbbTV sur la TNT permettront aux téléspectateurs d’accéder à des programmes de qualité, son et image, et à l’interactivité. « Cette révolution intéresse les adhérents de l’ANITEC, dont plusieurs sont des spécialistes de l’antenne de télévision hertzienne et satellite, pour les développements prometteurs qu’elle inspire, explique Arnaud Brouquier. »

La TNT va devenir une offre de service à valeur ajoutée où l’intégrateur interviendra comme « administrateur réseau » pour le compte d’un client. Le métier va ainsi migrer vers le service, ce qui représente une opportunité de développement des entreprises et de création d’emplois.

La modernisation de la TNT, génératrice d’activité

« La TNT de demain sera capable de porter, par l’image et le son [retour de voix], ainsi que par la combinaison entre scénarios OTT et IoT [objets connectés] une nouvelle offre de service dans le résidentiel, poursuit Arnaud Brouquier. A ce titre l’ANITEC considère sa capacité à se projeter dans les différents segments de marchés comme celui de l’Hospitality (maisons de retraite, hôpitaux, hôtels, résidences de vacances…). Le syndicat est également à l’écoute des bailleurs sociaux et des syndics de copropriété pour envisager les relais de croissances externes nouveaux, voire une combinaison de nouveaux services qui pourraient à terme être gérer localement par un opérateur de services numériques.

La mise en place de services interactifs, combinés aux nouveaux usages que permettront les objets connectés sur les nombreux terminaux que possèdent les occupants, les propriétaires ou les locataires, ouvrent un champ des possibles gigantesque, sous réserve de trouver les modèles économiques pérennes.

« Sur l’OPEX ou via le CAPEX avec le promoteur, le bailleur ou le syndic, une mutualisation servicielle avec l’opérateur télécom, avec le fabricant d’objets connectés ou de solutions techniques plus complexes est envisageable, ajoute le co-président de l’ANITEC. « Cette question fondamentale fait partie de nos travaux prospectifs. A ce stade, nous restons perplexes sur la question centrale de la gestion du débit nécessaire pour le développement de ces services. Le gros avantage de la nouvelle TNT est qu’elle nous parvient par voix hertzienne et n’est pas, de ce fait, tributaire du réseau de distribution cuivre / fibre de l’opérateur télécom. »

De nombreuses PME concernées et des créations d’emplois à la clé

L’ ANITEC estime, à terme, convaincre l’ensemble de ses entreprises adhérentes ainsi que ses partenaires fabricants. Mais le syndicat s’appuie également sur une fédération nationale d’intégrateurs [FFIE] qui représente un peu plus de 6.000 entreprises pour un chiffre d’affaire de 16 milliards d’euros. « Nous sommes l’élément précurseur au sein de cette fédération, il va de soi qu’apporter notre expertise entraînera le développement proactif avec d’autres organisations. Nous voulons et devons être fer de lance !

« Le bond technologique y compris des écrans intelligents [téléviseurs], la capacité d’associer et de rendre interopérables les IoT et les offres non linéaires, devrait participer à l’éclosion d’écosystèmes nouveaux et à terme bénéficier aux bassins d’emplois locaux comme nationaux », conclut Arnaud Brouquier.


L’ANITEC EN BREF

L’ANITEC est issue de la fusion de deux organisations professionnelles : S2ICF (Syndicat des intégrateurs et installeurs Courants Faibles) et SVDI (Syndicat de la Sécurité électronique), une démarche liée à la convergence des systèmes vers une infrastructure (quasi) unique.

300 entreprises adhérentes réparties en 4 collèges :

  • 8 entreprises dans le collège consultants
  • 20 entreprises dans le collège industriels
  • 27 entreprises dans le collège partenaires
  • 240 membres dans le collège Intégrateurs, installateurs, mainteneurs.

Pour le confort des occupants et afin d’optimiser leur performance énergétique, tous les bâtiments deviennent « Connectés / Sécurisés / Pilotés ». Nous sommes entrés dans l’ère du Smart Building… Le syndicat est soutenu par la FFIE (Fédération Française de l’Intégration Electrique) qui représente 6 000 entreprises sur tout le territoire.

www.anitec.fr  

A propos Rédaction 1901 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.