« Le spécialiste devient un acteur majeur dans les métiers de la distribution », François Merle, directeur général de Francofa Eurodis

Francofa Eurodis, distributeur spécialisé en courant faible (sécurité et communication) et filiale du Groupe Rexel, a, à nouveau, optimisé sa logistique afin d’accroître ses performances.

Nous avons posé trois questions à François Merle, directeur général de l’entreprise sur sa perception et l’évolution du métier de distributeur spécialiste.

Vous avez récemment optimisé votre logistique. Pouvez-vous nous donner quelques repères sur les flux traités par Francofa/Eurodis ?

5500 références (représentant 98 % du chiffre d’affaires) sont stockées sur la plateforme centrale de Neuilly-Plaisance où nous traitons environ 2000 lignes de produits jour, ce qui correspond à environ 200 000 euros de CA (soit 60% des flux, les agences réalisant 40%). Si besoin, chaque agence en province peut obtenir, du jour au lendemain, chez elle ou chez ses clients, tout le plan de vente nationale en se servant dans le stock central. Ce modèle logistique a été amélioré début avril afin d’optimiser les délais d’acheminement, en garantissant pour l’option « express », en France métropolitaine, une livraison avant 13 h, le lendemain de la commande. Pour optimiser la gestion des approvisionnements et faciliter la tâche du service achat, nous nous appuyons, outre l’indispensable savoir-faire de nos chefs de marché, sur des outils de modélisation informatique, l’un « prévisionniste » qui analyse les flux de produits et l’autre d’optimisation des lignes de produits.

Comment évolue votre métier de distributeur spécialiste ?

Le spécialiste devient un acteur majeur dans des métiers de la distribution. Toutes les études de marché le prouvent. Son principal atout est de réunir l’intégralité des éléments d’une chaîne de valeur. Les distributeurs généralistes, mais également nos fabricants n’ont pas toujours l’intégration d’une multitude de produits dans leurs gammes. Le distributeur spécialiste, lui, peut proposer l’intégralité des produits composant une solution complète en accompagnant son acte de vente de conseils et de services.

Le courant faible est-il un marché de prescription ?

Le marché dans le domaine du courant faible est assez disparate en termes de ventes. Par exemple, le bâtiment neuf est davantage un marché de prescription. Dans ce cas, nous sommes en quelque sorte le bras armé d’une marque parce qu’elle est prescrite.  Sur d’autre marchés plus tertiaires, la prescription est moins présente, dans ce cas nous travaillons en « mode projet » et nous montons nos propres prescriptions techniques.

Propos recueillis par Patrice de Goy

A propos Rédaction 1806 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*