« Les intégrateurs AV manquent de visibilité et de formation ad hoc », Eric Jondot

Eric jondot est à la fois chef d’entreprise et homme engagé pour son secteur d’activité. Photo DR

Eric Jondot, directeur général du cabinet de conseil Atrait Consulting est porteur d’un projet de formation pour les intégrateurs en audiovisuel de type master en alternance sur 2 ans. Sa mise en route est attendue pour septembre 2023 avec une première promotion de 50 stagiaires. Dans l’attente de son lancement officiel, Eric Jondot nous explique la genèse de cette nouvelle formation.

SIM : Une première question toute simple, Eric Jondot, qui êtes-vous ?

Eric Jondot : Je suis passé par tous les postes et les secteurs de l’audiovisuel. J’ai commencé dans le spectacle vivant à cause d’un accident à 15 ans qui m’a contraint à abandonner l’idée de monter sur scène. Mais je ne m’en suis pas éloigné pour autant puisque je suis resté avec les techniciens… et le directeur technique qui a vu les étoiles que j’avais dans les yeux (un immense merci à lui). J’ai donc passé 3 ans en tant que stagiaire bénévole dans ce théâtre en parallèle de mes études.

Ensuite, je suis devenu intermittent du spectacle, ce qui m’a permis de toucher à tout. Puis, pour avoir un peu plus de stabilité, je me suis sédentarisé pendant 9 ans dans des sociétés de prestations événementielles audiovisuelles. Après cette tranche de vie dans le monde de l’éphémère, j’ai dirigé et créé des sociétés d’intégration audiovisuelle pendant 7 ans.

Finalement, j’ai créé mon propre bureau d’études il y a 5 ans et maintenant je suis directeur général d’Atrait Consulting. Nous sommes un cabinet de conseil qui conçoit des solutions technologiques et façonne les villes de demain. Notre objectif est de remettre la technologie au service de ses utilisateurs. Basés en France et au Maroc, nous rayonnons en Europe et en Afrique francophone. 

SIM : Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser à la problématique de la formation des intégrateurs en audiovisuel ?

EJ : De par mon parcours et mon réseau, je suis très régulièrement sollicité pour aider des entreprises dans leur recrutement. En quoi suis-je pertinent ? J’aime discuter et parler de l’avenir. Depuis le début de l’année, en suivant mes déplacements professionnels, j’ai rencontré énormément d’acteurs de nos métiers ou du secteur de la formation. Le constat est simple et général, le besoin numéro 1 est de trouver les bons collaborateurs. 


« Pour ce qui concerne la formation, il n’y a aucune filière adaptée à notre secteur d’activité, car nous ne sommes rattachés à aucune branche professionnelle, et ce, en raison de l’absence d’un code APE ad hoc. »


SIM : Sans aucun doute, mais c’est un constat observé dans tous les secteurs. Y a-t-il une spécificité pour celui de l’intégration AV ?

EJ : Oui. La problématique du recrutement qui touche les entreprises de l’intégration audiovisuelle est directement liée au fait qu’il n’y a aucune visibilité de ces métiers et aucune formation. Concernant la visibilité, nous n’avons aucune fédération, aucun syndicat, il est donc urgent de se rassembler. Pour ce qui concerne la formation, il n’y a aucune filière adaptée à notre secteur d’activité, car nous ne sommes rattachés à aucune branche professionnelle, et ce, en raison de l’absence d’un code APE ad hoc. Il n’y a pas de code APE pour les métiers de l’intégration audiovisuelle.

Je peux vous en donner quelques exemples des codes APE les plus souvent attribués à ces entreprises : 

  • 33.20D (Installation d’équipements électriques, de matériels électroniques et optiques ou d’autres matériels)
  • 46.43Z (Commerce de gros (commerce interentreprises) d’appareils électroménagers
  • 33.19Z (Réparation d’autres équipements)
  • 90.02Z (Activités de soutien au spectacle vivant)
  • 43.21A (Travaux d’installation électrique dans tous locaux)

Les entreprises de prestation événementielle utilisent souvent le code 90.02Z (Activités de soutien au spectacle vivant).

La même difficulté s’observe pour les branches. Les entreprises ont deux options très éloignées de leur activité : la CNPEF – SV = Commission Nationale Paritaire Emploi Formation Spectacle Vivant ou la CNEPF – AV = Commission Nationale Paritaire Emploi Formation de l’Audiovisuel qui concerne la production audiovisuelle (film – métiers du cinéma), qui n’a rien à voir avec l’intégration audiovisuelle. 

SIM : Quel est le poids économique en termes de chiffre d’affaires et d’emplois de l’intégration audiovisuelle pour ce qui concerne la France ?

EJ : Il est très difficile de trouver des chiffres, mais voici ce que j’ai trouvé ou émulé. Le marché annuel des grossistes représente environ 300 M€. Le marché de l’intégration audiovisuelle français à proprement parler est estimé à environ 750 M€. Pour vous donner une idée, on compte 1500 comptes actifs chez l’un des grossistes de notre métier. Côté recrutement, sachez que l’on compte 2500 actifs chez les intégrateurs, à cela il faut ajouter les fabricants, la distribution, la maintenance, les utilisateurs finaux, sans oublier non plus de prendre en compte les électriciens ou intégrateurs IT qui drainent de plus en plus d’installations audiovisuelles.

Découvrez l’interview vidéo d’Eric Jondot réalisée lors de TECH IN LYON 2022