L’heure de la réunion 3D a-t-elle sonné ?

Horizon Workrooms se veut un outil de collaboration virtuel qui ne dépayse pas trop les habitués des réunions réelles. Visuel : Facebook

Réalité virtuelle, téléassistance, avatar 3D : les outils collaboratifs s’imprègnent des nouvelles technologies pour raccourcir les distances.

Promues par les logiciels de communications unifiées et les acteurs traditionnels de la visioconférence, les salles de réunion virtuelles (ou virtual meeting room) ne désemplissent pas, la menace Covid-19 continuant de planer. Elles prennent une tournure plus spectaculaire quand la 3D et la réalité virtuelle s’en mêlent. Le salon annuel Laval Virtual, par essence, est en pointe sur le sujet.

>LIRE AUSSI Avec sa nouvelle marque Synappx, Sharp veut optimiser la collaboration

En 2017, la start-up belge Mimesys y avait présenté un dispositif de réunion holographique : les participants, filmés, se voyaient mutuellement et, étant équipés chacun d’un casque de réalité virtuelle, pouvaient interagir avec la scène 3D. Cette démonstration impressionnante est restée à l’état de prototype. Mimesys a été achetée en 2019 par Magic Leap, une société américaine dont les lunettes de réalité augmentée n’ont jamais tenu leurs promesses jusqu’à présent. Motif de cette acquisition : l’explosion du télétravail, déjà, et la quête de systèmes de collaboration distante innovants.

L’avatar entre en scène

Autre moyen de favoriser l’immersion, plus classique voire plus ludique : l’avatar, un personnage 3D se déplaçant dans un environnement virtuel. Les entreprises proposant ce type de prestation se sont multipliées ces dernières années. En France, Manzalab a par exemple mis au point la plateforme Teemew servant à « digitaliser » des évènements : salons professionnels, conférences, etc. En 2020, la crise sanitaire empêchant la tenue du salon physique, les organisateurs de Laval Virtual ont fait le pari de virtualiser l’évènement par l’intermédiaire du logiciel Virbela. Par avatar interposé, on pouvait discuter avec les exposants et les visiteurs, assister à des conférences et des présentations privées… Un monde 3D d’autant plus saisissant avec un casque de réalité virtuelle devant les yeux.

>INSCRIVEZ VOUS Replay du Live du Club SIM consacré à ANOLIS

Facebook, rebaptisée Meta, s’est aussi prise d’intérêt pour les réunions virtuelles avec le lancement, en 2017, du logiciel Workplace, semblable à Zoom ou Teams. L’entreprise de Mark Zuckerberg a fait un pas de plus dans cette direction en dévoilant Horizon Workrooms, l’été dernier. Gratuit et disponible en version beta pour le moment, ce logiciel met en scène des avatars et les participants – 16 au maximum – doivent s’équiper d’un casque de réalité virtuelle (RV) Oculus Quest 2. La bande passante minimale exigée n’est que de 5 Mbits/s.

Il est aussi question de réalité mixte. Ainsi les véritables bureaux et claviers peuvent-il être importés dans la scène 3D et le mouvement des mains, pour la saisie de texte, est reproduit. Une application PC/Mac permet d’accéder aux documents de l’ordinateur, pour les modifier et les partager, et une fonction de tableau blanc virtuel est également de la partie. Tout le monde n’ayant pas de casque RV, loin de là, les contributions au « brainstorming » peuvent être réalisées à partir d’un appel vidéo traditionnel. Cette initiative peut être interprétée comme une tentative de séduire les milléniaux, pour lesquels l’ex-Facebook fait parfois figure d’antiquité.