Smart Intégrations Mag Nº 45

15,00 TTC

Le 45ème numéro de votre magazine Smart Intégrations Mag est paru, commandez-le ici et recevez-le à l’adresse qui vous conviens le plus!

Au sommaire de ce numéro, notre dossier « Flex et Home Office ».

Description

Smart Intégrations Mag Nº45 est paru!

Retrouvez votre magazine professionnel SMART INTEGRATIONS MAG, avec son analyse synthétique sur tous les secteurs d’activité, nouveaux produits, technologies, distribution, qui composent l’univers numérique du résidentiel et du tertiaire connectés, est l’outil de référence pour les intégrateurs, domoticiens, électriciens, responsables de bureaux d’étude et d’architectes, collectivités, bailleurs sociaux et privés, donneurs d’ordre, réseaux de distribution (traditionnel, GSB, GSS), etc…

Au sommaire du numéro 45, notre rédaction vous propose:

MAGAZINE
– Editorial
– Sommaire
– Actus Business
– Offre Varuna4 d’Hestia
– Actus Evènement : Sony et LBC font leur showroom

DOSSIER : FLEX & HOME OFFICE
– Espaces de travail
– Télétravail et équipements

AUDIOVISUEL
– Zooms sur …Sharp/NEC, VuWall&Samsung et Owl Labs
– Zoom sur … Sedea Pro et Panasonic
Partenariat Yoo’Up / BenQ
– Actus Produits et solutions
– Marché : La réservation au service de l’organisation

SURETE/SECURITE
– Actus produits et solutions
– Zoom sur HikCentral Professional
– Paxton 10 se convertit au sans contact
– Zooms sur… 2N et Hanwha Techwin
– Zoom sur SimonsVoss

RESEAUX, COM’UNIFIEES & IoT
– Zooms sur … Sefram et Triax

SMART HOME & BUILDING
– Smart Home – IoT
Partenariat technologique WattSense et Schneider Electric
– Réalisation : Lidl Fenouillet, un supermarché à énergie positive

METIERS
– Club SIM
– Agenda des Salons

 

EDITO

On n’est pas sorti de l’auberge !

Voilà maintenant plus d’un an que la Covid 19 bouleverse la vie de tous les terriens. Chacun est affecté par les obligations sanitaires – le port du masque, le lavage répétitif des mains, la distanciation physique – et se demande si la normalité reviendra un jour. Il faut se rendre à l’évidence : le virus s’est installé dans nos vies et ce, d’autant plus qu’il se reconfigure au fil des jours pour contourner nos défenses. Sans baisser les bras sur les précautions qu’il est nécessaire de prendre au quotidien et sans minorer les impacts de la pandémie en matière économique qui va engendrer d’importants dommages collatéraux, il faut regarder du côté des technologies qu’il est possible de mobiliser pour nous aider dans cette épreuve.

La fréquentation des lieux ouverts au public – commerces, services, bureaux – est soumise à un certain nombre d’actions préventives comme le comptage de la jauge, l’incitation au lavage des mains et au port du masque, parfois la mesure de la température. Pour le décompte des personnes entrant dans un lieu, chiffre duquel il faut soustraire les sortants, il existe plusieurs techniques. La fonction peut être déployée sur une installation de vidéoprotection existante, par l’adjonction d’un logiciel dans le serveur ou si les caméras sont pourvues d’un certain degré d’intelligence et sont disposées de façon opportune au niveau de l’entrée. Mais ce genre de dispositif ne remplit qu’une partie de la fonction puisqu’il faut informer en temps réel un vigile ou un système d’affichage de type « stop and go » positionné à la porte. L’installation d’un système dédié au comptage peut se révéler plus simple, plus rapide et moins onéreuse. Elle se compose d’un capteur positionné au-dessus de la porte ou des portes, si l’entrée est distincte de la sortie, et d’un panneau d’affichage explicite indiquant la jauge et le nombre d’entrées possibles à l’instant « T ». Les deux composants peuvent être séparés physiquement – c’est le cas par exemple du magasin Lidl de Fenouillet qui fait l’objet d’un article dans ce numéro de SIM – ou réunis dans une même borne avec seulement un réflecteur infrarouge à poser pour créer une barrière virtuelle dans la zone de passage du public. L’affichage « stop and go » est souvent élargi au rappel du port du masque et du lavage des mains qui peuvent devenir aussi des obligations pour ouvrir le passage comme la prise de température. Ce dernier type de contrôle, déjà fort répandu en Asie, commence à faire une timide apparition sous nos latitudes. Plusieurs fabricants de caméras ont adapté leur matériel doté de capteur IR à cette fonction mais, là encore, le matériel dédié est souvent privilégié car il intègre généralement un écran qui permet de cadrer le visage et d’afficher la température détectée. C’est, par exemple, la solution adoptée à l’accueil du siège de Nestlé France, à Issy-les-Moulineaux, qui héberge sur tout un étage un espace de coworking géré par Morning (lire notre dossier dans ce numéro).

Ces différents constats amènent à se poser la question de l’intégration, souhaitable ou non, de ces outils technologiques dans la boucle des moyens de contrôle d’accès habituels – lecteurs de badge ou d’empreintes digitales, claviers alphanumériques – qui sont, soit dit en passant, des surfaces de contact donc d’infection potentielle. Cela veut dire que le badge NFC, souvent posé sur le lecteur, n’est pas une solution satisfaisante et qu’il faut explorer les pistes du « sans contact » distant c’est-à-dire de la détection biométrique ou, en langage plus cru, de la reconnaissance faciale. Cette méthode, très bridée par la CNIL, n’est évidemment valable que dans l’entreprise qui a, au préalable, constitué une base de photos de ses salariés. Pour les commerces et autres lieux, la désinfection par spray ou bientôt par exposition manuelle ou robotisée aux UV reste nécessaire. En attendant peut-être la généralisation un jour d’un pass vaccinal avec QR code (comme en Israël) dont il faudra bien automatiser la lecture. Assurément on n’est pas sorti de l’auberge.

 

Patrice de Goy – Philippe Pélaprat

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Smart Intégrations Mag Nº 45”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *