Smart Intégrations Mag Nº 49

15,00 TTC

Le 49ème numéro de votre magazine Smart Intégrations Mag est paru, commandez-le ici et recevez-le à l’adresse qui vous conviens le plus!

Au sommaire de ce numéro, notre dossier « COVID et nouveaux usages ».

Description

Smart Intégrations Mag Nº49 est paru!

Retrouvez votre magazine professionnel SMART INTEGRATIONS MAG, avec son analyse synthétique sur tous les secteurs d’activité, nouveaux produits, technologies, distribution, qui composent l’univers numérique du résidentiel et du tertiaire connectés, est l’outil de référence pour les intégrateurs, domoticiens, électriciens, responsables de bureaux d’étude et d’architectes, collectivités, bailleurs sociaux et privés, donneurs d’ordre, réseaux de distribution (traditionnel, GSB, GSS), etc…

Au sommaire du numéro 49, notre rédaction vous propose:

MAGAZINE
– Editorial
– Sommaire
– Evènement : Intégral Système : 20 ans et des locaux flambant neufs
– Evènement : EET France boucle une année 2021 exceptionnelle
– Actus Business
– Entretien avec …Stéphane Abbou, directeur des ventes digital Access Solutions France, Groupe Assa Abloy

DOSSIER : ENSEIGNEMENT HYBRIDE
– La pédagogie à l’épreuve de la technologie
– Quelques outils pour rendre l’enseignement hybride

AUDIOVISUEL
– Actus Produits & solutions
– Zooms sur… Logitech et Poly
– Zoom sur… Viewsonic, écran interactif Viewboard 52 series
– Entretien avec… Mike Blackman, directeur général de l’ISE

SURETE/SECURITE
– Actus produits et solutions
– Zooms sur… Hanwha et Assa Abloy
– Zoom sur… Bosch
– Actus Salon : ExpoProtection Sécurité, une affluence rassurante

RESEAUX, COM’UNIFIEES & IoT
– Actus produits et solutions
– Réalisation : cas d’usage de Varuna (Hestia) à la mairie d’Aulnoye-Aymeries (59)

SMART HOME & BUILDING
– Smart Home – IoT
– Actus : Qualité de l’air intérieur, nouveau souffle pour le Smart Home & Building

METIERS
– Actus Métiers
– ISE, enregistrez-vous dès maintenant
– Agenda des Salons

 

EDITO

Energie: en avoir ou pas

Le gestionnaire du réseau de transport électrique RTE a rendu son très attendu rapport sur les « futurs énergétiques 2050 » soit quelques jours avant le début de la COP 26 convoquée par l’ONU à Glasgow (Ecosse) et en prélude à une éventuelle annonce du président Emmanuel Macron sur la relance du programme nucléaire Français. L’enjeu de cet important travail, étalé sur 2 ans et impliquant la consultation d’un grand nombre d’intervenants, était d’esquisser six scénarios de production/consommation d’électricité dans une perspective de neutralité carbone à l’échéance 2050, ces projections prenant en compte une inéluctable augmentation de la demande et l’anticipation ou non du renouvellement du parc nucléaire en parallèle du développement des renouvelables.

Côté consommation, RTE plaide pour plus d’efficacité énergétique et même de sobriété, car si la demande globale d’énergie baisse, une hausse de celle d’électricité sera inéluctable et induite en particulier par une réindustrialisation voulue décarbonée. Cela implique une redéfinition fondamentale du mix qui, si nous visons la neutralité carbone, doit s’appuyer sur une croissance accélérée des renouvelables. D’un point de vue économique, le renouvellement du nucléaire est jugé quand même pertinent par RTE même si les sources alternatives sont déjà compétitives, notamment sur des profils de production à grande échelle. Cela suppose aussi d’investir dans les moyens de pilotage des consommations, dans l’interconnexion et l’intelligence des réseaux, comme dans le stockage hydraulique ou sur batterie. Des avancées significatives seront nécessaires dans la production d’hydrogène vert et d’autres « paris technologiques lourds » écrit RTE, sachant que toutes ces supputations doivent aussi prendre en compte les conséquences du changement climatique comme l’impact sur l’occupation des surfaces ou la limitation des usages. RTE conclut que cette transition peut se faire à coût maîtrisable mais doit être engagée urgemment.

Quelles sont les conséquences de ces réflexions pour les professionnels du Smart Home & Building ? Comme il est hautement improbable que les partisans du nucléaire, mêmes les plus farouches, accueillent des microcentrales dans leur jardin – que les volontaires lèvent le doigt ! – il faut déjà, à l’évidence, s’orienter vers des solutions de maîtrise énergétique beaucoup plus radicales. Il faut d’abord amplifier les efforts de rénovation du bâti mais surtout avoir une vision globale du problème en y incorporant d’entrée de jeu le changement des moyens de chauffage et leur contrôle en temps réel ainsi que la surveillance des consommations d’électricité, de gaz et d’eau afin d’en bien maîtriser les coûts. Convient-il par exemple de conserver deux sources d’énergie ? La question doit se poser pour ne pas reproduire stupidement les erreurs de la RT2012 qui, dans de nombreux cas de figure, a imposé cette dualité au nom du strict calcul énergétique, infligeant de ce fait la triple peine de trois abonnements : électricité, gaz et entretien de la chaudière. Même si le tout électrique en résidentiel n’est pas la panacée, il faut dans la mesure du possible le réinventer selon un modèle d’autoproduction/consommation organisée dans une logique de Smart Grid de quartier débarrassé, ce qui suppose de supprimer les lourdeurs administratives et peut être la TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité) qui n’a vraiment pas de sens entre voisins immédiats et solidaires. Il est d’ailleurs à noter que RTE n’évoque pas particulièrement la production électrique coopérative, hyper-décentralisée et localement consommée, qui est peut-être trop marginale et hors de son champ de compétence de transporteur d’énergie longue distance. Qu’il se rassure : on aura toujours besoin de réseaux interconnectés même si l’intelligence de celui-ci est éclatée façon puzzle pour prendre aussi en compte toutes les microcentrales solaires, éoliennes et de rivière qui, à côté des grandes installations de production, contribueront à l’alimentation d’appareils électriques beaucoup plus frugaux. Et dans cette affaire les professionnels des courants forts et faibles ont bien toutes leurs cartes à jouer.

 

Patrice de Goy – Philippe Pélaprat

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Smart Intégrations Mag Nº 49”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *