Smart Building – D-One de Delta Dore : l’offre GTB construite autour du BIM

Rearview shot of a businesswoman working with financial graphs on her laptop

D-One introduit le pilotage du bâtiment au travers de sa maquette BIM. Une base de données 3D qui a pour vocation de faciliter les opérations des métiers attachés à la phase d’exploitation.

Sacrée ambition que celle de l’entreprise bretonne Delta Dore : devenir la première référence européenne en matière de Smart Building dans les 10 années à venir. Cette stratégie au long cours repose notamment sur l’innovation, ce dont témoigne le lancement de D-One. C’est un système GTB (gestion technique du bâtiment) où la maquette BIM (building information modeling) occupe une position centrale et fonctionnelle.

Cette nouvelle offre, destinée aux gestionnaires de bâtiments tertiaires et industriels, a requis trois ans de recherche et développement. Elle remplacera progressivement les systèmes existants de Delta Dore, déployés aujourd’hui sur quelque 10000 sites et liés à des contrats de service (performance, maintenance, efficacité énergétique) dans 30% des cas.

Pour Jean-Christophe Roehrig, directeur du pôle Bâtiments connectés chez Delta Dore, «D-One rentabilise la maquette BIM en créant de nouveaux services pour l’exploitation.» En pratique, cette offre prend la forme d’une interface web, compatible avec n’importe quel navigateur Internet. Elle compile toutes les données BIM du bâtiment, à savoir le squelette 3D et les descriptions des équipements (géométrie, caractéristiques, etc), que ce soit des sondes de présence ou de température, l’éclairage, les centrales de traitement d’air, etc.

Vision complète de l’infrastructure technique

Pour rappel, ce dernier point constitue la véritable valeur ajoutée du modèle BIM comparé à la maquette 3D d’un logiciel d’architecture. Cette maquette BIM est importée selon le standard d’échange de fichiers IFC 2.3 et 2.4. Si elle n’existe pas, situation très majoritaire dans le parc immobilier actuel, Delta Dore indique prendre en charge sa réalisation.

Sont également agrégés les documentations techniques, les automatismes et les données en provenance du Big Data (météo, etc) et des systèmes d’informations tiers, dont la GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur), le contrôle d’accès, les alarmes… L’idée est de fournir une vision intégrale et intuitive de l’infrastructure technique qui facilite le contrôle du bâtiment, sa supervision et l’analyse des dysfonctionnements en cours.

Par exemple, un bureau où la température est anormalement élevée est signalé sur la maquette par une couleur rouge. En quelques clics de souris, le gestionnaire visualise l’évolution historique des températures, sélectionne les équipements appropriés et obtient le détail des paramètres jusqu’à pouvoir établir un diagnostic. En cas de remplacement d’une pièce défectueuse, D-One affiche les discordances (BIM, non BIM) et met à jour la base de données de façon dynamique, de manière à assurer la correspondance entre la réalité du terrain et la maquette virtuelle.

Un système Ready2Services

Afin d’éviter le syndrome de l’usine à gaz, un moteur d’indexation et des outils de personnalisation ont été ajoutés : chaque corps de métier a la possibilité de personnaliser les vues, les tableaux de bord graphiques et les statistiques publiés dans les rapports, en fonction de ses besoins. Le gestionnaire immobilier, en charge de valoriser le patrimoine, se focalisera sur les indicateurs d’occupation des bureaux et des salles de réunion, tandis que l’exploitant planifiera les interventions de maintenance et surveillera la consommation énergétique.

L’offre D-One se décompose en cinq sous-systèmes, qui sont autant de niveaux de services. Elle part des profondeurs du bâtiment, c’est-à-dire de contrôleurs D-One qui s’interfacent avec les bus de terrain (LonWorks, BacNET, KNX, etc), jusqu’à l’étage applicatif de type «web service», pour créer des services à destination des occupants. L’offre se voulant ouverte et interopérable, ce qui justifie la présence du label Ready2Services, des APIs sont à disposition des tiers. L’hébergement s’effectue sur site ou dans le cloud, option intéressante pour la gestion multi-sites.

Plusieurs propositions similaires font aujourd’hui appel au BIM, en particulier chez les mainteneurs multi-techniques (Vinci Facilities) et les énergéticiens (Engie). D-One semble toutefois se distinguer par son intégration et sa transversalité, adaptée à plusieurs métiers. Deux projets-pilotes sont conduits dans des agences Delta Dore en Vendée et près de Grenoble. Une première vague de déploiement est également en cours chez plusieurs clients dans le tertiaire et devrait s’achever dans l’année. www.deltadore.fr

Rédaction : Frédéric Monflier

A propos Rédaction 1552 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.