Soferim, prélude au Ready2Services Résidentiel

Smart Integrations Mag, Audio, Vidéo, Sécurité, Smart Building et Réseaux – Programme immobilier Soferim préfigurant le R2S résidentiel.
Située dans le quartier de la place Denfert Rochereau à Paris, la résidence Spring Garden développe 5300 m2 sur 7 ou 8 niveaux. Photo : PG

Opération immobilière compliquée à finaliser, le programme parisien Spring Garden se présente désormais comme une réalisation pionnière anticipant le prochain référentiel R2S initié par la Fédération Française de Domotique et la Smart Buildings Alliance.

Le promoteur Soferim est un acteur de taille humaine qui se veut atypique, indépendant des banques et des entreprises du BTP. Il refuse le modèle industriel au profit d’une démarche créative et a signé quelques beaux projets dont des réhabilitations très réussies comme Les jardins Bonaparte à Asnières-sur-Seine (bâtiment des archives de la Banque de France transformés en logements) ou l’Etoile du Nord (Ancien siège des chemins de fer du Nord devenu centre tertiaire de 18 000 m2). Soferim sait aussi être persévérant comme il l’a prouvé pour l’opération de la rue de la Tombe Issoire (Paris 14 ème) qui a mis 12 ans pour devenir Spring Garden. La parcelle située dans le quartier de la place Denfert Rochereau, à Paris, a la particularité d’être en partie située au-dessus des carrières de Port-Mahon, datées du Moyen-âge et classées aux Monuments Historiques. De plus, le terrain était celui de l’ancienne ferme de Montsouris, autant de raisons qui ont provoqué de longs contentieux entre le promoteur et des associations de défense du patrimoine.

Feu vert

Finalement, le dossier s’est débloqué, la carrière a pu être consolidée et mise en valeur sous l’égide du Ministère de la Culture. La partie du terrain acquise par la Mairie de Paris a permis la restauration d’une grange appartenant à l’ancienne ferme et du Pavillon Troubadour, bâtiment de style Louis Philippe situé Villa Saint Jacques, tous deux transformés en équipements de quartier. Sur l’autre partie, Soferim a construit quatre corps de bâtiments dont l’un, donnant sur la rue de la Tombe Issoire, a conservé une ancienne porte cochère ouvrant sur un jardin privatif arboré de 750 m2. La résidence développe 5300 m2 sur 7 ou 8 niveaux, consacrés à des logements – studios, 3, 4 et 5 pièces – dont 25% ont été cédés au bailleur social Logis Transport (RATP). Au rez-de-chaussée, côté rue, des surfaces sont dédiées à une fondation d’art-thérapie pour enfants, à une crèche privée et à un commerce de proximité.

Chauffage piloté

L’immeuble Spring Garden répond aux impératifs de la RT 2012 et correspond aux standards du moment : les appartements sont dotés d’un système domotique plutôt orienté « confort et maîtrise énergétique » et les parties communes – c’est nouveau – d’une dorsale IP à vocation multiservices. Comme beaucoup d’immeubles parisiens, le 26-30 rue de la Tombe-Issoire est raccordé au réseau de chauffage urbain de la CPCU. La compagnie fournit de la vapeur à un échangeur qui transfère les calories au système collectif en charge de l’alimentation des boucles eau chaude d’appartement. Un thermostat connecté à affichage digital de marque Bticino (Legrand) est posé dans les entrées. Il se commande par effleurement tactile ou via l’application mobile Legrand et agit sur l’électrovanne du logement. Les radiateurs disposent de robinets thermostatiques manuels pour l’ajustement pièce par pièce mais il est possible pour les propriétaires de les remplacer par un modèle radiocommandé compatible avec le réseau ZigBee de la passerelle Legrand.

Céliane with Netatmo

La passerelle domotique de Legrand dénommée Control est un appareil mural qui comprend une prise électrique standard, capable de mesurer la consommation d’un équipement branché dessus, et un module radio, à la fois Wi-Fi et ZigBee, caché sous une protection hémisphérique à facettes. Control doit donc être raccordé d’abord au modem routeur domestique puis à tous les appareils muraux ou micromodules connectés commandant les éclairages et les prises. Les appartements de Spring Garden sont ainsi équipés d’interrupteurs fixes mais aussi d’interrupteurs volants communiquant en mode radio (ZigBee) ce qui lève certaines contraintes d’aménagement de pièces,  simplifie le câblage de la « pieuvre électrique » et permet un pilotage à distance par application mobile. Il en va de même des volets roulants électriques qui sont aussi commandés par leurs propres boutons, près des fenêtres. A noter que les VRE n’informent pas en retour l’application sur leur positionnement intermédiaire. Le tableau électrique est équipé des disjoncteurs règlementaires et d’un éco-compteur communicant RT 2012 de marque Legrand.

Assistant vocal et vidéophone

Chaque appartement est évidemment équipé d’un détecteur de fumée de marque Cooper Capri mais ce DAAF n’est pas connecté et ne peut envoyer de notification d’alarme vers l’app mobile Legrand ce qui suggère son remplacement par un équivalent Netatmo ou Fibaro par exemple. En revanche, la domotique Legrand est compatible avec l’assistant vocal de Google, ce qui permet de commander des actions à la voix. Des interactions seront également possibles par l’intermédiaire du vidéophone Comelit posé dans l’entrée. Cet écran qui sert en particulier à visualiser les visiteurs appelant depuis la platine du hall d’immeuble, a la particularité de tourner sous une version bridée d’Androïd, OS qui lui donne la capacité d’intégrer des applications sélectionnées – seul le Store Comelit sera accessible – et d’afficher une interface utilisateur reprenant tous les boutons de commande du logis via un lien Wi-Fi vers le modem-routeur domestique. Cet écran est aussi la partie visible de l’infrastructure IP d’immeuble qui préfigure le modèle Ready2Services Résidentiel. 

Approche R2S

La configuration repose sur une dorsale cuivre Ethernet mutualisée, raccordée à Internet, commune à tous les prestataires et opérateurs de services de l’immeuble, ce qui permet de limiter l’investissement initial et de laisser la porte ouverte à des options ou des améliorations ultérieures sans faire trop de travaux. Outre la vidéophonie sur IP pour l’accueil des visiteurs, l’écran tactile téléalimenté en PoE doit non seulement centraliser les fonctions domotiques mais aussi mettre à disposition les commandes de base en local, sans passer par le cloud, ce qui permet de rendre les logements immédiatement opérationnels, sans attendre la prise d’abonnement Internet par le résident, et de simplifier le process de livraison et d’explication du fonctionnement. L’utilisateur pourra évidemment créer de nouveaux scénarios de façon très intuitive…

Smart Intégrations Mag, Audio, Vidéo, Sécurité, Smart Building et Réseaux - Couverture SIM 36, spécial salon APS.

La suite de cet article est réservée à nos abonnés. Il est à lire dans SIM N°36 à paraître fin septembre 2019. Il fait partie d’une série d’articles de cette édition consacrés au Smart Home et Smart Building publiés à l’occasion des salons APS et IBS 2019. Profitez-en pour  vous abonner !

A propos Rédaction 1619 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.