TNT du futur et logement social : la vision de CDC Habitat

Nicolas Blanchard est référent Smart Building, NTIC et Risques, à la direction du patrimoine du groupe CDC Habitat, le premier bailleur de France. Photo DR

L’intervention de Nicolas Blanchard, référent national NTIC chez CDC Habitat, à l’occasion du Colloque Avenir de la TNT, a apporté un éclairage sur la vision d’un bailleur social de premier plan sur l’évolution de ce mode de réception de la télévision.

CDC Habitat (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) est un opérateur immobilier global qui gère plus de 520 000 logements sociaux dans l’Hexagone et l’Outre-mer, ce qui représente plus d’un million d’occupants. Premier bailleur de France, le groupe s’est fixé un ambitieux programme visant à la réalisation de 175 000 logements neufs à l’horizon 2029 (entre 12000 et 15000 logements livrés par an). C’est donc la vision de la télévision numérique terrestre du futur d’un opérateur immobilier de premier rang, avec un regard technico-serviciel, qu’a présenté Nicolas Blanchard lors du Colloque Avenir de la TNT le 16 juin dernier à Paris. Avec ses 15000 points de réception TNT— via une antenne râteau ou une parabole — le groupe estime apporter une contribution active dans la lutte contre la fracture numérique.

La TNT : au-delà d’un droit

« En premier lieu, la TNT est un droit pour nos occupants, auquel on se doit de répondre favorablement, explique Nicolas Blanchard. Mais c’est aussi un droit associé au respect de certaines obligations. Par exemple, les installations de réception de la TNT sur nos immeubles doivent être en conformité avec le code de l’urbanisme. » Au-delà de ce droit, l’opérateur revendique un service qui se décline sous trois aspects, celui d’un service universel, d’un service fondamental et d’un service prioritaire. Un service universel car il s’adresse à l’ensemble des usagers. C’est un service fondamental au regard de son caractère social (c’est un service gratuit), sociétal et accessible à tous pour recevoir la télévision et la radio numérique. La dimension prioritaire est liée à l’émergence de nouveaux modes de consommation qui prennent de plus en plus d’importance comme la VOD, le replay ou le streaming… « L’idée est donc aussi de proposer avec la TNT du futur un service plus personnalisable, poursuit Nicolas Blanchard. N’oublions pas également que la télévision est connectée et est devenue un support d’assistance au domicile en entrant en interaction avec l’environnement de l’habitat. »

Nicolas Blanchard est intervenu en visioconférence en direct de Montpellier le 16 juin 2021 lors du Colloque Avenir de la TNT qui s’est déroulé à la Maison de la Chimie à Paris. Photo SIM/Jade Franchetto

Une nécessaire mutualisation des infrastructures

Les réseaux internes aux immeubles d’habitation ont toujours été, pour les opérateurs immobiliers, une problématique à prendre en compte dans le cadre de la règlementation, notamment du code de la construction. Depuis 1966, de nombreuses évolutions du cadre réglementaire se sont succédées jusqu’à l’avènement des infrastructures numériques de communications développées sous l’égide d’un marché libre de la concurrence. Pour un bailleur comme CDC Habitat, il est impossible de modifier ou de faire évoluer les réseaux internes des immeubles sans accord préalable des locataires. D’une certaine manière, Internet est venu perturber la distribution de la TNT tout en créant une certaine confusion auprès du grand public.

La diversité des usages génère des problématiques dans les modalités de réception de la télévision dans les immeubles. Aujourd’hui, il est important et même indispensable de faire évoluer la règlementation afin de traiter les problématiques techniques et de coûts des réseaux internes. Ces réseaux sont composés de différentes infrastructures, d’antennes râteaux, de paraboles, de technologies comme la BIS commutée, de raccordements au câble, d’accès à la télévision en mobilité (4G, la 5G), de raccordements aux réseaux internes à la fibre optique (FttH, FttB), de fibre sur les services généraux… « Tout cela crée une grande diversité d’infrastructures, de techniques et de technologies qu’il est indispensable de mutualiser au sein des immeubles. Cependant, il nous apparaît nécessaire de préserver l’indépendance des réseaux hertziens et de câbles qui permettent de conserver un accès gratuit à la télévision », insiste Nicolas Blanchard. Il ajoute « la maîtrise des accès dits raisonnables et équitables sont des considérations auxquelles on tient beaucoup. C’est une action dont le marché libre et concurrentiel ne doit pas s’emparer. »

« Il nous apparaît nécessaire de préserver l’indépendance des réseaux hertziens et de câbles qui permettent de conserver un accès gratuit à la télévision »

Nicolas Blanchard

L’importance du Triple Play social

L’importance du développement du Triple Play social est aussi à souligner. Ce service est particulièrement apprécié. C’est une spécificité française qui intéresse au-delà des frontières de l’Hexagone. Le déploiement du Triple Play sur des réseaux, notamment à travers le service principal qui est l’accès à l’information par l’intermédiaire de la télévision numérique terrestre, intéressent beaucoup nos voisins européens. Enfin, cette infrastructure est une composante numérique importante du point de vue du Smart Building et de l’habitat connecté. « Alors que la consommation de la télévision linéaire était en recul depuis 2012, elle retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse, dans la période particulière que nous avons vécue au travers de la crise sanitaire. La TNT reste une offre majeure sur tout le territoire », conclut Nicolas Blanchard.