Vialink : IA et Machine Learning pour lutter contre l’usurpation d’identité

34% des français ont déjà été victimes d'usurpation d'identité. Photo : Vialink

Pour répondre aux nouvelles formes d’usurpation d’identité, Vialink renforce son dispositif de vérification d’identité en ligne grâce à la reconnaissance faciale 3.0.

Selon le cabinet britannique Juniper Research, les entreprises devraient subir plus de 206 milliards de dollars de pertes dues au piratage par usurpation d’identité entre 2021 et 2025. Concernant l’Hexagone, 34% des français ont déjà été victimes de ce fléau.

Deux rapports rédigés par l’Agence européenne en charge de la cybersécurité (ENISA) ont levé le voile sur de nouvelles fraudes identitaires à distance. Ce rapport pointe d’une part le vol ou la contrefaçon de vidéos présentant le visage de la personne usurpée et la reproduction du visage en 2D (impression photo) ou encore en 3D (en résine) afin de déjouer l’étape de la reconnaissance faciale.

Tiers de confiance certifié, Vialink proposait déjà à ses clients une solution de vérification automatique des pièces d’identité. La RegTech va encore plus loin en proposant désormais une solution biométrique complète de vérification d’identité, de la vérification de la pièce d’identité à la reconnaissance faciale et à la détection du vivant.

En moins de 3 secondes, la solution ID Verification contrôle l’identité des nouveaux clients à distance grâce à l’IA et au Machine Learning. Pour ce faire, aucune installation n’est requise. Le smartphone ou la tablette de l’utilisateur suffit pour vérifier automatiquement et en temps réel les pièces d’identité issues de plus de 200 pays et territoires et pour prendre un selfie vidéo.

Selon Vialink, ce service bénéficie à de nombreux secteurs d’activité : immobilier, marketplace, divertissement, banque, assurance, finance, BTP, etc

A propos Rédaction 2275 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.