NVR : allier performances et simplicité

NVR Hanwha PRN-4011. Photo : Hanwha

La définition toujours plus élevée des images de vidéosurveillance favorise l’envolée du NVR, entraîné à cette montée en charge. Les fabricants cherchent maintenant à faciliter son déploiement.

Consacré à l’enregistrement des flux vidéo issus d’une infrastructure IP de vidéosurveillance, le NVR (network video recorder) apparaît comme un équipement toujours plus intégré, le lien entre les composantes matérielles et logicielles se resserrant. La gamme Husky de Milestone Systems, lancée voilà cinq ans, est emblématique de cette évolution. « Bien que notre cœur de métier soit le VMS (Video management system), nous avons développé des enregistreurs personnalisés pour répondre à une demande du marché, explique Amaury Chapeau, responsable channel chez Milestone Systems. Nos NVR sont optimisés pour les innovations de notre logiciel, comme l’accélération matérielle par le circuit graphique, qui soutient le processeur central durant les opérations d’encodage/décodage et d’analyse d’image. En quête de performances et d’une interopérabilité maximales, les intégrateurs et les clients finaux sont rassurés et s’adressent, en outre, à un contact unique. Enfin, les prix sont stables, ce qui n’est pas le cas sur le marché du serveur. »

A niveau de prix comparable, le serveur « wintel » généraliste est en effet à la peine devant l’inflation de la définition des images, qui exige toujours plus de puissance de traitement. L’approche de Milestone Systems, qui prône « l’ouverture du marché » selon les propos d’Amaury Chapeau, est double cependant : d’un côté le NVR Husky prêt à l’emploi, de l’autre le programme System Builder, annoncé l’an dernier et à destination des fabricants de serveurs, tels que BCDVideo et Seneca, dont les solutions sur mesure peuvent viser des projets spécifiques. Le matériel est validé par Milestone Systems et vient accompagné du logiciel-maison XProtect Essential+, qui requiert un support Windows et sert d’interface homme-machine pour l’opérateur de sécurité, le cas échéant. L’objectif, in fine, consiste à accélérer le déploiement. « Les intégrateurs ne perdent plus de temps avec des tâches à faible valeur ajoutée » justifie Amaury Chapeau.

Une vision partagée par les concurrents, dont Bosch. « Notre nouvelle gamme de NVR est livrée pré-configurée et l’intégrateur opte pour les fonctions à la carte : simple unité d’extension de stockage, avec VMS ou avec VMS et VRM (Video recording management) » détaille Matthieu Lucas, chef de marché des solutions de sécurité chez Bosch Security and Safety Systems. Chez Bosch ou ailleurs, le NVR se doit d’être diversifié pour faire face à la variété des situations rencontrées. « Par exemple, nos NVR avec PoE (Power over Ethernet) sont dans l’esprit des installations analogiques, poursuit Matthieu Lucas. L’interface se veut simplifiée, bien qu’elle se soit enrichie avec les métadonnées des caméras. » Un logiciel qui facilite le paramétrage et l’accès aux enregistrements correspond typiquement aux attentes des gérants de petites surfaces commerciales, dont le métier n’est pas dans la sécurité. Dans ce contexte, l’interopérabilité avec le contrôle d’accès et la détection anti-intrusion est une autre tendance intéressante. Quant aux NVR hybrides – on parlera plutôt de DVR (digital video recorder) – leur part de marché demeure importante. « C’est un moyen de conserver des caméras analogiques et de préparer la transition vers des caméras IP » confie Matthieu Lucas. Sont également à noter la démocratisation du codec H265 et la prise en compte, chez quelques fabricants, des multiples formats HD (AHD, HDTVI, etc) coexistant désormais sur le câble coaxial.

Rédaction : Frédéric Monflier

Quatre NVR représentatifs du marché

MILESTONE Husky X8

Le NVR Husky X8 se positionne sur un créneau haut de gamme étant donné ses performances : gratifié d’un processeur Intel Xeon E3 et son circuit graphique intégré Iris, il est capable de prendre en charge jusqu’à 780 caméras, en mode d’enregistrement continu, ou 300 caméras si la détection de mouvement est réalisée en interne. Ses 8 disques durs (Raid 5/10) peuvent encaisser un débit de 1,8 Go/s si le réseau tient la charge. La fiabilité est également un aspect qui a retenu l’attention de Milestone, le Husky X8 bénéficiant d’une alimentation redondante ou encore d’un double SSD de 128 Go (Raid 1) pour héberger Windows 1 Enterprise et le VMS XProtect avancé.  La connectique est composée entre autres de deux sorties HDMI, une sortie DVI, deux ports RJ45 Gigabit et deux ports 10 Gigabit.

HIKVISION – IDS-7732NXI-I4/16P/16S

Ce NVR appartient à la gamme DeepinMind de Hikvision et profite de techniques d’analyse d’images fondées sur l’apprentissage approfondi, réduisant en principe les faux positifs. C’est un boîtier à 4 baies qui peut gérer 32 canaux IP de 12 millions de pixels, dont la moitié peut être alimenté via PoE. A noter que l’analyse d’images ne s’applique qu’à 16 canaux avec une définition maximale de 2 millions de pixels. La gestion d’évènements du système de contrôle d’accès ou de détection d’intrusion est au programme. Le système d’exploitation Linux est doublé, de façon à assurer la continuité de services, et ce NVR peut aussi récupérer l’enregistrement SD d’une caméra, en cas de coupure réseau. La connectique comprend une sortie VGA, deux sorties HMDI (dont une avec 4K), un port RJ45 Gigabit, un port RS-485 et un port RS-232.

BOSCH – Divar IP 7000 All-in-one

Le Divar 7000 est un NVR tout-en-un rackable (format 2U), basé sur Windows Storage Server 2016 et un processeur Intel Xeon, qui est préconfiguré pour trois modes de fonctionnement : unité d’extension de stockage iSCSI dans un système existant BVMS (Bosch VMS) ou VRM (video recording manager, technique d’aiguillage qui optimise automatiquement la répartition du stockage) ; enregistreur VRM ; ou système d’enregistrement et de gestion complet avec l’activation de BVMS et de VRM. Techniquement, ce NVR peut héberger 8 disques durs, pour une capacité maximale de 96 To (avec possibilité Raid 5), et peut gérer 256 canaux IP au maximum (bande passante de 550 Mbits/s). Une licence pour 8 caméras est incluse. La connectique comprend notamment deux ports RJ45 Gigabit. Le décodeur intégré permet de streamer quatre flux vidéos UHD en simultané.

HANWHA – PRN-4011

Ce boîtier Linux, pourvu de 12 baies (avec possibilité de configuration Raid 5), est capable de gérer jusqu’à 64 canaux avec une définition maximale de 12 millions de pixels. L’enregistrement bénéficie à cet égard d’une bande passante de 400 Mbits/s. Pour la compression/décompression, le PRN-4011 prend en charge MJPEG, H264, H265 et le codec-maison Wisestream. Il dispose pour la visualisation d’une double sortie vidéo VGA et HMDI pour le raccordement à deux moniteurs, le HDMI étant compatible avec l’ultra haute définition. La connectique comprend également quatre ports RJ45 Gigabit et deux ports SFP. S’ajoutent quatre borniers entrée/sortie et des relais pour la gestion des alarmes. Les déclencheurs possibles sont l’entrée alarme, la perte de la vidéo ou encore un événement transmis par la caméra, comme une détection de mouvement ou la perte de la mise au point.

A propos Rédaction 1590 Articles
SMART INTEGRATIONS MAG, est le mag pro de l’univers numérique dans les domaines de l’Audio/Vidéo, de la Sûreté/Sécurité, du Smart Home & Building et des Réseaux, avec une approche éditoriale business et channel.